NADER SHAH


NADER SHAH
NADER SHAH

N DER SH H (1688-1747) sh h de Perse (1736-1747)

Roi de Perse. N der était un chef de la tribu turkmène des Afsh r — du groupe des Qizilbash qui avait contribué à la venue au pouvoir des Séfévides. Une partie de la tribu était établie au Khor s n où N der naquit (à Kubk n, le 22 novembre 1688). Après la prise d’Ispahan par les Afghans (1722), qui mit un terme à la dynastie séfévide, N der lutta d’abord de sa propre initiative pour rétablir l’ordre dans le Khor s n. Lorsque le Séfévide Tahm sp II, qui avait échappé au siège d’Ispahan, dut se replier sur cette région, N der se mit à son service et adopta le surnom de Tahm sp Qoli («Esclave de Tahm sp»). N der entra bientôt en rivalité avec le général en chef de Tahm sp, Fath ‘Ali Kh n Q dj r; cet antagonisme aboutit à l’assassinat politique du chef q dj r (oct. 1726). Prenant l’initiative de la lutte contre les Afghans, N der va progressivement étendre son contrôle sur les Abdali de Hérat partagés par leurs dissensions. Puis il vaincra de manière décisive le Ghelz ’i Ashraf — qui contrôle l’Iran central de 1725 à 1729 — à la bataille de Mehm ndust, près de D mgh n (sept. 1729); ce succès de N der est dû à une utilisation judicieuse de l’artillerie si négligée par les Séfévides. D’autres batailles lui ouvrirent la route d’Ispahan puis de Chiraz (fin 1729).

Après avoir reçu un brevet de gouverneur du Khor s n et d’autres vastes régions (M zandar n, Yazd, Kerm n, Sist n), N der commença à agir comme souverain indépendant, faisant frapper sa propre monnaie. Puis il reprit aux Ottomans Hamad n et l’Azerbaïdjan (en 1730). Menacé à l’est par les Abdali, il retourna au Khor s n et reprit Hérat (1732). En son absence, Tahm sp avait repris l’initiative de la lutte contre les Ottomans. Battu, il dut signer avec ces derniers et avec les Russes des traités défavorables à la Perse. Cela provoque l’indignation de N der qui dépose Tahm sp et met en place son fils ‘Abb s III, un bébé de six mois (juill. 1732). Après avoir réprimé des révoltes tribales, il attaque à nouveau les Ottomans (1733) et doit venir reprendre Chiraz à un chef baloutch (1734). Puis il entreprend de vastes campagnes en Transcaucasie, y bouscule les Ottomans (1734-1735), combat les Lesgi et se trouve opposé au kh n de Crimée, au D ghest n.

Il semble que N der ait alors cherché à mettre un terme au vieil antagonisme entre sh 稜’isme et sunnisme en proclamant le mazhab dja’farite (c’est-à-dire se rattachant au sixième im m sh 稜’ite Dja’far al-S deq, mort en 765, vénéré par de nombreux sunnites) comme cinquième mazhabrite») sunnite. Cette proposition était la condition à laquelle il accepta de se faire couronner sh h, le 8 mars 1736. Malheureusement, cette attitude conciliante n’apporta pas une réelle détente avec les Ottomans et provoqua une vive réaction de la part des uléma sh 稜’ites irrités de surcroît par la confiscation de biens de main-morte provenant de fondations pieuses (awq f ) pour l’entretien de l’armée.

Pour parachever l’œuvre de rétablissement de la Perse dans ses frontières séfévides, N der s’empara de Kandah r (mars 1737) et construisit une nouvelle ville, N der- b d, sur l’emplacement de son camp. En quête de butin pour couvrir les dépenses de ses guerres continuelles, il attaqua l’Inde moghole. Au cours de sa brillante et sanguinaire campagne en Inde (1738-1739), il s’empara de Delhi et des célèbres trésors de la couronne. L’empereur moghol Mohammad Sh h dut lui céder toutes ses provinces au nord et à l’ouest de l’Indus et lui payer un énorme tribut, ce qui lui permit d’exempter les Persans d’impôts pendant trois ans. Après avoir organisé ses possessions indiennes en trois provinces, il s’attaqua au Torkest n et au Khw razm (1740) puis repartit en Transcaucasie pour châtier des rebelles lesgi qui avaient tué son frère (1741). Durant son absence, le prince héritier Rez Qoli avait exercé temporairement le pouvoir et fait mettre à mort Tahm sp II; peu enclin à se soumettre à nouveau à l’autorité paternelle, il sera soupçonné d’avoir été l’instigateur d’un attentat qui faillit coûter la vie à N der; celui-ci le fit aveugler.

À partir de cet événement, le caractère de N der s’assombrit et ses actes furent de plus en plus empreints de cruauté. Alors que la révolte se propageait dans les provinces, il entreprit une troisième campagne contre les Ottomans dans le Haut et le Bas-Irak (1742-1743); des révoltes au F rs et à Astar b d lui firent abandonner cette campagne. Mais une avance ottomane vers l’est de l’Anatolie lui fit entreprendre une quatrième campagne contre la Turquie. Malgré sa brillante victoire, près d’Erivan, N der signa avec les Turcs une paix satisfaisante sur le plan territorial mais dans laquelle il renonçait à ses initiatives religieuses (1746). Puis il repartit vers l’est où il se livra à des massacres (au Kerm n). De retour à Meched, au printemps 1747, il entreprit de liquider les éléments persans de son armée. L’opposition sh 稜’ite devenait de plus en plus menaçante et, après une révolte contre les exactions fiscales au Sist n, l’agitation s’étendit au Khor s n. Alors qu’il entreprenait une action de représailles contre les Kurdes du Khor s n, une conspiration ourdie par les gardes du corps et les chefs turkmènes q dj r et afsh r aboutit à l’assassinat de N der, le 20 juin 1747. À l’accession de son neveu ‘Ali Qoli Mirz , qui régna sous le nom de ‘ del Sh h, tous les princes royaux furent exécutés.

Le grand mérite de N der est d’avoir sauvé la Perse d’une invasion russe et ottomane qui aurait probablement abouti à son démembrement. Toutefois, son règne n’est pas une restauration de l’Empire séfévide. Centré sur le Khor s n (Meched, forteresse de Qal’at-e N deri), son empire ressemble davantage à ceux de Mahmud de Ghazni ou de Tamerlan. Bien qu’il ait déployé des efforts considérables pour doter la Perse d’une marine (des bois destinés à la construction de navires furent transportés du M zandar n jusqu’au golfe Persique!), le manque d’organisation et d’expérience firent échouer ce projet. Quant à l’échec de sa politique religieuse, il allait redonner aux chefs religieux im mites une importance qui ne cessera de s’accroître depuis la fin du XVIIIe siècle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • NĀDER SHAH — NĀDER SHAH, Persian king of the Turkish speaking tribe of Afshār, originating from the northeastern region of Iran, who according to reliable sources acted as the head of a band of highway robbers and later became the king of Iran (1736–47).… …   Encyclopedia of Judaism

  • Nader Shah — This article is about the Persian shah. For the 20th century king of Afghanistan, see Mohammed Nadir Shah. Nader Shah Shahanshah of Persia …   Wikipedia

  • Nader Shah — Nâdir Shâh Nâdir Shâh …   Wikipédia en Français

  • Nader Shah's Sword — Picture of Nader shah and two of his sons on the reverse side of Nader Shah s Sword This, according to legend, is Nader Shah s All Conquering Sword though the inscription on the blade attributes it to Fathali Shah. The sword is not visible in any …   Wikipedia

  • Nader Shah Khan — König Mohammed Nadir Schah Mohammed Nadir Schah (* 10. April 1883; † 8. November 1933 in Kabul) war von 1929 bis zu seiner Ermordung König von Afghanistan. Nadir Schah war unter Amanullah Khan Kriegsminister gewesen und spielte eine große Rolle… …   Deutsch Wikipedia

  • Nader — ([nɑːder]) is an Arabic given name and means Rare , Unique and surname and may refer to: Contents 1 Given name 2 Surname 3 Other uses 4 See also …   Wikipedia

  • Nader Naderpour — (6 June 1929 – 18 February 2000) was an Iranian born poet. Among many Iranian poets who shaped up the New Persian Poetry or New Poetry (in Persian: Sher e Know), Ali Esfandiari, aka Nima Yooshij, Parviz Natel Khanlari, Nader Naderpor, Forough… …   Wikipedia

  • Shah Rukh of Persia — Shahrokh Shah Afshar (Persian: شاهرخ, c. 1730 ndash; 1796) was a king of Afsharid dynasty and a contemporary of Zand kings. He reigned until 1796. [citebook|title=Advanced History of Medieval India|author=Shiri Ram Bakshi|year= 1995|id=ISBN… …   Wikipedia

  • Shah Ahmad Marashi — Ahmad Shah Marashi was a Safavid Iranian Shah 1726 ndash;1728 that succeeded Shah Tahmasp II, while the Shah was in the northern provinces fighting with Nader Shah Afshar against the Russians and the Ottomans. Ahmad Shah Marashi was born as Mirza …   Wikipedia

  • Nader Jahanbani — king of Iran (left) General Nader Jahanbani (right) …   Wikipedia